Bonaire, un boomerang baigné par les alizés...

Bonaire est une île volcanique de 40km de long et 5 à 12km de large en forme de boomerang, baignée par les alizés du N.E qui tempèrent le climat tropical. Située non loin du Venezuela par 12°6' lat N et 68° 25'long O elle fait partie des îles sous le vent , Leeward Island ou ABC Islands. Sa situation très au sud lui confère l'immense privilège d'être en dehors de la route des cyclones qui ravagent régulièrement les caraïbes. Le nord du pays est couvert par un maquis à base d'épineux et de cactus " Le counoucou " où les perroquets folâtrent gaiement et les lézards se dorent au soleil. Cette partie de l'île est érigée en parc national, le Washington-Slagbaai National Park, qu'il est très intéressant de parcourir, mais le 4x4 est indispensable. Les lacs salés sont de toutes beautés et particulièrement la Gotomeer qui est peuplée de flamants roses. Le sud est couvert par des mangroves autour du lac Bay et les salines exploitées par l'AKZO.

D'Amerigo Vespucci à l'aube du 21 ieme siècle...

Bonaire a été découverte en 1439 par l'expédition espagnole d' Alonzo de Ojeda et du célèbre navigateur Florentin Amerigo Vespucci, les espagnols nommèrent l'île d'abord Isla de Brasil puis Bo-Nah qui est à l' origine du nom actuel. Bo-Nah signifie en Araks " Les basses terres ". La colonisation espagnole sévit jusqu' en 1634 et se solda par le génocide de la population indienne Arawaks dont on trouve des traces picturales dans les grottes de la côte Nord Est. En 1636 l' île passe sous le contrôle Néerlandais. En 1639 la Westindische Compagnie " importe " des esclaves africains pour travailler dans les salines. Les mains et les pieds rongés par le sel ses malheureux vivaient ou survivaient dans des conditions effroyables, inhumaines, indignes dans des " maisons " de 2.5m de long et 2m de large où ils ne pouvaient pas se tenir debout; on trouve des vestiges de ces " maisons " dans le sud au lieu dit de Red Slave. De cette époque (1639) date la construction du fort Orange qui défend l' accès du port de Kralendijk, le fort fut la résidence des gouverneurs de l'île jusqu' en 1837.En 1932 le phare en bois du fort est remplacé par une tour en brique que l' on peut encore admirer de nos jours. Entre 1800 et 1816 les pirates Français et Anglais se disputèrent la suprématie de l'île qui finalement redevint Néerlandaise. Après l'abolition de l' esclavage en 1863 de nombreux Bonairiens migrèrent pour trouver du travail à Aruba, Curaçao ou au Venezuela, cette migration a été ralentie à partir de 1950 avec le début du boom touristique. En 1954 Bonaire obtint son indépendance pour finalement être rattachée aux Pays-Bas en 1986 sous statut autonome, avec un parlement démocratique, mais un gouverneur approuvé par la reine des Pays-Bas. De nos jours l'économie de l'île est principalement axée autour du tourisme et de la plongée en particulier. Le restant du PNB vient de la production de sel(AKZO), du conditionnement du riz (Antillian Rice Mills,inc) mais surtout du stockage des produits pétroliers (BOPEC).
Cliquez sur l'image

Une zélande tropicale...

Comparer Bonaire à la zélande peut paraître une galéjade, mais en y regardant de plus près on trouve plusieurs points communs. Comme en Zélande la plupart des sites de plongées sont accessibles sans grandes difficultés du bord; on y parle le Néerlandais qui est la langue officielle et on peut même plonger autour des piliers du Salt Pier, plongée qui peut rappeler aux nostalgiques la configuration du Zeelandbrug. Mais les comparaisons s'arrêtent là en effet ici nous plongeons dans une eau cristalline bleu turquoise, dont la température est de l'ordre de 28°C et la visibilité de plus de 30m. La température de l'air qui est de 27°C en moyenne ne varie que de 2 à 3°C entre la période estivale et hivernale ce qui est très supportable grâce aux alizés du NE. Le pays est très aride, la pluviométrie ne dépasse pas 100mm pour les mois de novembre décembre et 120 mm pour le mois de mars; tandis que l'ensoleillement moyen est de 8 heures par jour.Si le Néerlandais est la langue de l'enseignement et l'Anglais la langue véhiculaire, le langage parlé dans toutes les chaumières est le Papiamentu. Cette langue très colorée puise ses racines dans l'Espagnol, le Néerlandais, le Français, Le Portugais avec des traces de dialectes Africains et d'Araks. L'Araks était la langue utilisée par les indiens du nord de l'Amérique du Sud avant l'arrivé des conquistadores. Cette diversité de langage et ce mélange de culture ne vous rappelle t'il pas un autre petit pays dont le nom commence par B...?

Quelques sites...
Le site officiel de Bonaire
Logements, restos... à Bonaire
Le parc marinBonaire Marine Park
Eco-tourismeSTINAPA
Portail (en néerlandais)Bonaire.pagina
Association touristiqueBonhata

Les albums photos...
Le Hilma Hooker
La partie Nord de l'île et le WSNP
La partie Sud de l'île
Kralendijk et les environs

Faune de Bonaire

Flore de Bonaire
Coraux et éponges des Caraïbes
Poissons et crustacés  des Caraïbes
Macros sous-marine des Caraïbes

Informations pratique

Monnaie : Dollar US
Conduite automobile : A droite
Electricité: 110V-60 Hz Fiches plates USA
Eau de ville : Buvable, btenue par dessalement
Carte de crédit : Acceptée 
Langue : Néerlandais, Espagnol, Anglais, Papiamentu
Combinaison de plongée Eté et hiver : Lycra ou Combinaison humide de 3mm pour les frileux



Pour en savoir plus!
La plongée du bord, une autre manière de plonger
Un tour du monde des meilleurs sites de plongée et de randonnée palmée accessibles du bord
.