Truk le "Pearl Harbour" japonais

Chuuk (Truk) fait partie du groupe d’archipels qui forment les États fédérés de Micronésie. Cette fédération est composée de quatre états qui possèdent une culture, un langage et histoire distincte. Les autres membres de la fédération sont Kosrae, Pohnpei et Yap. L’archipel de Chuuk est composé de dizaines d’îles et îlots les principaux sont Weno (Aéroport), Dublon, Eten, Fefan, Uman, Tol, Polle et Pata. Les îles qui composent ces archipels sont les sommets émergés d'énormes montagnes sous-marines résultantes d’une intense activité volcanique qui c'est produite il y a des millions d'années. Quant aux lagons se sont d’anciens cratères qui effleurent la surface de l’océan !

Un peu d'histoire et de géo-politique
Les îles qui composent ces archipels sont les sommets émergés d'énormes montagnes sous-marines résultantes d'une intense activité volcanique qui c'est produite il y a des millions d'années. Quant aux lagons se sont d'anciens cratères qui effleurent la surface de l'océan ! Il est vraisemblable que les premiers habitants sont venus de l'Asie du Sud-Est il y a 3000 ans, population qui c'est lentement dispersé vers l'ouest. Espagnole jusqu'en 1886 les îles furent cédées aux Allemands en 1908 qui les perdirent après leur défaite de 1918. La Société Des Nations confia alors l'administration de l'archipel au Japon qui administra l'archipel comme une partie intégrante de l'empire du Soleil levant. En 1935 lorsque le Japon quitta la SDN elle refusa tout bonnement de rendre son mandat d'administrateur et transformera en quelques années l'archipel en place forte à la réputation d'inviolabilité. Economiquement parlant la période japonaise fut l'age d'or de Chuuk. À l'issue de la seconde guerre mondiale les USA se virent confier par l'ONU un mandat de tutelle pour l'ensemble de la Micronésie. En 1982 après d'âpre négociation les États fédérés de Micronésie obtiennent une semi-indépendance et par voie de referendum se prononcent pour une libre association avec les États-Unis : "Compact of Free Association. La fédération gère ses propres affaires internes, mais les USA veillent à la défense. L'activité économique est basée sur une agriculture de subsistance et de pêche. Les ressources minières exploitables sont infimes. Le seul potentiel de développement est l'industrie du tourisme qui est entravée par l'éloignement et le manque de structures. En réalité ce microscopique état est financé à 80% par les Américains

L’opération Hailstone
L’opération aéronavale Hailstone est une des plus importantes de la guerre du Pacifique. Son but est de privé la marine impériale japonaise de sa base de ravitaillement avancée. Neutraliser l’aéronavale nippone est impératif pour la reconquête des Mariannes. Les îles Mariannes prises, le cœur du Japon est dans le rayon d’action des superforteresses B-29 avec un coût logistique acceptable. Pour arriver à ce résultat les forces américaines vont durant deux jours déverser des tonnes de bombes et de torpilles sur Truk.

12 février 1944
La Task Force 58 appareille de Kwajalein dans l’archipel des Marshall en direction de Chuuk qui abrite le QG de la 31ème Armée japonaise du général Shunzaburo Mugikura. C’est la plus importante force aéronavale US de tout le Pacifique central, elle englobe la totalité des porte-avions opérationnels de la région.

Entre le 12 et le 15 février1944
Le vice-amiral Hitoshi Kobayashi, gouverneur de Chuuk donne l’ordre à la marine de guerre impériale de faire mouvement vers Palau. A l’aube du 16 février il ne reste plus dans l’Atoll que six destroyers, trois croiseurs et le gros des navires de ravitaillement.

16 février1944
Le sous-marin USS Skate (SS-305) intercepte et coule le destroyer japonais Agano qui tente de quitter l’atoll.

17 et 18 février 1944
Durant ces deux jours les 450 avions du vice-amiral Marc Mitscher vont attaquer sans relâche l’atoll. Les escadres divisées en trois groupes d’attaques (couverture aérienne, attaque au sol et destruction des navires) et un groupe de reconnaissance. Ces groupes composés de Dauntllesses, Hellcats et Avangers vont détruire près de 250 avions et près d’une cinquantaine de navires. Principalement des cargos armés mais des destroyers d’escortes. Les Japonais totalement surpris par l’attaque eurent des pertes effroyables, plus de 4000 marins tués tandis que les Américains ne perdront que 22 avions.

Après le 18 février 1944
Conforté par leur succès les Américains vont renoncer à envahir l’atoll. Ils vont se contenter de mettre en place un blocus, empêchant tout ravitaillement des soldats japonais. La neutralisation de Chuuk va mettre à mal toute l’organisation logistique de l’armée nippone ouvrant ainsi la route vers le Japon.

La Task Force TF58
Commandement : 5ème Flotte US - amiral Raymond Spruance
Commandement opérationnel : vice-amiral Marc Mitscher
Commandement des groupes de combat : les contre-amiraux John V. Reeves (TG 58.1), Albert E. Montgomery (TG 58.2), Frederick C. Sherman (TG 58.3)
Composition
5 porte-avions d’escadre lourd dont : Entreprise, Yorktown, Essex, Intrepid, Bunker Hill
2 portes-avions légers
10 croiseurs
6 cuirassés
31 destroyers

La plongée
Depuis l’opération Hailstone le lagon a retrouvé sa sérénité, mais les carcasses de plus de soixante navires dorment ou plus profond des eaux turquoise. Truck est le plus vaste cimetière d’épaves du Pacifique et à été classé comme monument historique et musée sous-marin : les « chasseurs de souvenirs » sont passibles d’une peine de prison et d’une très forte amende. Les plongeurs japonais, voient en Truk un lieu de pèlerinage et y viennent nombreux rendre hommage à leurs grands-parents sacrifiés à la folie guerrière. Très peu de vestiges ont été ramené à la surface en dehors de quelques ossements brûlés suivant le rite shintoïste et ramené au Japon. Autour des épaves de nombreux vestiges sont visibles, bouteilles de saké, vaisselles, munitions, armes. Il est possible de pénétrer dans certaines épaves jusqu'à la salle des machines et les cales. Dans les cales ont trouve des caisses de cartouches éventrées, des obus de marine, des flacons de médicament, des pièces de rechange, des camions, des blindés et même des chasseurs « zéro » démontés. Le long des coursives et des cabines ont rencontre des objets de la vie quotidienne, sandales, bouteilles, vaisselles, baignoires, lampes. Au fil des années les épaves se sont transformées en récifs artificiels ou les coraux, anémones et gorgones se sont fixé amenant par la suite le « petit peuple » de poissons récifaux et leurs prédateurs.
Les conditions de plongée sont particulièrement favorables l’eau est claire, chaude et la majorité des spots sont bien protégés des courants et de la houle venant de l’océan Pacifique. Dans le style spécial de chez spécial : Les voitures qui se trouvent au fond de la cale numéro deux du Amagisan Maru et les camions de l’Hoki Maru, les masques à gaz de l’Unkai Maru, Les obus de marine du Nippo Maru, les sandales et la passerelle du Fujikawa Maru et enfin les blindés du San Francisco Maru.

Les choix.
 J’ai opté pour un centre « multicartes » (PADI, TDI, BSAC) pouvant fournir nitrox, trimix et chaux sodée pour les recycleurs. Ce centre qui se trouve au sein même de l’hôtel propose deux plongées le matin et une l’après midi. Etant donné la profondeur moyenne des plongées cette pratique est plus raisonnable que les « live a board » qui en proposent cinq par jour pour amortir leurs prix dispendieux.

Chuuk en pratique
La vie pratique
Monnaie : Dollar US
Electricité : 110V- 60 Hz fiche plate US
Eau de ville : non buvable
Langue : Anglais, Chuukese
Indicatif téléphonique : +961
GSM : Standard US (1900 MHz) Opérateur FSM Telecom
Domaine Internet : .fm
La géographie
Fuseau horaire : UTC (GMT)+10
Superficie de lagon : 2150 kilomètre carré
Superficie des terres :725 kilomètre carré
Coordonnées WGS 84 :Latitude : 7° 26' N Longitude : 151° 51' E
Météo
Température : 27 à 30°C
Humidité relative moyenne : 80%
Saison humide : Juin à octobre
Population
40.000 plus 13.000 expatriés
Religions : Catholiques 50%, Protestants 47%
Fête nationale :Fête de la Constitution, 10 mai
Fête de l'indépendance, 3 novembre
Santé et risques
Vaccination : Pas obligatoire :Tétanos et Hépatite B sont conseillés
Animaux dangereux : Non
Risques naturels :Typhons entre juin et décembre
Communication
Compagnie aérienne : Continental Micronesia(Tel: 691-330-2424 Fax: 691-330-2944 Email: cmitkk@mail.fm)
Aéroport : Code IATA : TKK ; Code ICAO :PTKK
Localisation de l’aéroport : Weno
Taxi : ITS Taxi (Tel: 691-330-3733/5142 Email: Dipwek@mail.fm)

Les incontournables
Le Fujikawa Maru (07° 20,68’ N - 151° 53,12’ E)
C’ est sans doute l’épave la plus populaire du lagon. Il s’agit d’un cargo mixte qui avant la guerre transportait soie et coton entre l'Amérique du Sud et l'Inde. Il fut frappé en son milieu par une torpille qui l’envoya par trente mètres de fond. Les mats particulièrement jolis montent pratiquement jusqu'à la surface permettant des photos en contre-jour saisissantes. La marine impériale l’a transformé en transporteur d’avion et de munitions. Les cales sont très facilement accessibles et ont y trouve intact un chasseur zéro, des caisses de munitions, torpilles, masques à gaz et hélices. Il est possible d’accéder à la l’immense salle des machines par une lucarne et à l’atelier de maintenance mécanique ou les tours et diverses machines sont encore visible.
Le San Francisco Maru ( 07° 21,84’ N - 151° 54, 58’ E)
Est l’épave la plus impressionnante du lagon. Ce cargo mixte bâti en 1919 a été surnommé par les plongeurs américains « The Million Dollar Wreck . Il a été frappé en son milieu par une bombe et repose droit sur la quille par soixante mètres de fond. Les cales et ponts recèlent des « trésors » guerriers incomparables : mines sous-marines, torpilles, blindés légers, obus et munitions diverses.
Le Rio de Janeiro Maru (07° 18,26’ N - 151° 53,69’ E)
Cet ancien paquebot construit en 1931 a été converti par la marine impériale en ravitailleur de sous-marin. Il est couché sur son flanc tribord ce qui rend les galeries du pont promenade ainsi que la salle des machines accessibles. Une partie de son nom est encore visible sur la coque
Le Gosei Maru (07° 18,42’ N - 151° 53,39’ E)
Ce cargo construit en 1937 servait au ravitaillement des sous-marins. Ses cales contiennent encore des torpilles et grenades sous-marines. L’épave est couchée avec une déclivité importante sur son flanc bâbord. L’hélice se trouve dans seulement cinq mètres d’eau et la salle des machines est accessible. L’ancre est encore présente sur l’épave.
Le Shinkoku Maru (07° 24,02’ N – 151° 46,74’ E)
Ce Tanker est sorti des chantiers Kawasaki en 1939 a participé aux attaques de Pearl Harbor et du Ceylan comme navire de réapprovisionnement. En 1942 il a été endommagé par une torpille lancée par un sous-marin US. Il a fallu pas moins de deux torpilles et une bombe larguée par un Avanger pour l’envoyer par le fond lors de l’opération Hailstone. L’explosion et l’incendie qui suivit tua de nombreux marins japonais. Particulièrement bien garnie de corail l’épave repose droit sur sa quille sur une légère pente sablonneuse. La salle des machines est très grande et facilement accessible par un trou de torpille. La plaque signalétique des moteurs est parfaitement visible car régulièrement nettoyée par les plongeurs. Au détour des coursives quelques surprises nous attendent : une cette baignoire carrelée et des urinoirs intacts. Sur la passerelle le compas ainsi que le télégraphe de pont sont pratiquement intact.
Le Nippon Maru (07° 22,95’ N - 151° 54,61’ E)
Ce cargo mixte a été touché à la poupe par une bombe. On peut y voir des pièces d’artilleries, des mines marines, des blindés, des bouteilles et des masques à gaz. Cette épave a été découverte en 1980 par Klaus Lindemann. Toute la superstructure est complète et notamment la passerelle, le télégraphe de pont est en place ainsi que les compartiments de rangement des effets personnel des marins. Dans les cales laissées intactes par la bombe ont peut voir des camions, radios, bouteilles, et blindés.
Le Hoki Maru (07° 21,21’ N - 151° 54,78’ E)
Le Hoki de son vrai nom Hauraki était le premier navire à propulsion diesel à été construit en 1921 en Ecosse par les chantiers William Denny & Brothers. Il fut capturé aux Philippines et renommé par les japonais en décembre 1942. Cette épave relativement peu visitée car la proue est très endommagée comporte néanmoins des vestiges intéressants. Les cales arrières ont été épargnées par l’explosion contiennent tracteurs, camions, moteurs d’avions, hélices et bombes.
L’ Aikoku Maru (07° 22,39’ N - 151° 54,72’ E)
Il s’agit d’un cargo mixte qui était utilisé comme bateau de ravitaillement pour sous-marin, cargo et transporteur de troupe. Lors de l’attaque le navire contenait encore une quantité impressionnante d’explosif. Lorsque le lieutenant Briggs, pilote d’Avanger, largua sa bombe sur la proue il était sans doute à cent lieues d’imaginer que l’explosion serait tellement violente quelle enverrait par le fond ce navire en moins de deux minutes et quelle détruirait son propre appareil. L’explosion tua le capitaine Nakamaruo, qui fut nommer amiral à titre posthume ainsi que les 945 marins et hommes de troupe de trouvant à bord. La partie avant du navire a complètement disparue. Sur la partie arrière on peut voir les restes d’un canon anti-aérien. De nombreux ossements humains sont encore visibles autour de l’épave qui est devenu un véritable sanctuaire.
Le Kansho Maru (07° 22,62’ N - 151° 50,75’ E)
Ce cargo mixte construit en 1938 repose quasiment intact en dehors de l’ouverture faite dans sa proue par la bombe qui l’expédia par quarante mètres de fond. Dans la timonerie ont retrouve les instruments de navigation et le télégraphe de pont. La salle des machines et la salle radio sont intacts tandis que le château arrière à été endommagé.
Le Sankisan Maru (07° 17,73’ N - 151° 52,14’ E) 
Cette épave de cargo peu profonde est extrêmement populaire. Elle recèle en son sein des moteurs d’avions, des camions et du matériel médical, des mitrailleuses et des bandes de munitions. La bombe a coupé le navire en trois, le château arrière est totalement séparé du reste de l’épave par un amas de tôles.
Le Kansho Maru (07° 22,62’ N - 151° 50,75’ E)
Ce cargo mixte construit en 1938 repose quasiment intact en dehors de l’ouverture faite dans sa proue par la bombe qui l’expédia par quarante mètres de fond. Dans la timonerie ont retrouve les instruments de navigation et le télégraphe de pont. La salle des machines et la salle radio sont intacts tandis que le château arrière à été endommagé.
Le Fumitsuki (07° 24,88’N - 151° 44,38’ E)
Le Fumitsuki est un destroyer de la classe Mutsuki lancé en 1926. Ce sont les premiers destroyers japonais à être équipé de tubes lance torpilles. Ces tubes sont encore visibles à l’avant de l’épave malgré la destruction du pont et des superstructures. Il participa à la bataille de Guadalcanal et fut à mainte reprise endommagé par des attaques aériennes. De nombreux vestiges sont visibles autour de l'épave ainsi que de nombreux poisons.

Le Heian Maru (07° 22,96’N - 151° 51,33’ E)

C’est un cargo mixte qui a été transformé par la marine impériale en navire de ravitaillement pour ses sous-marins. Le Heian est couché sur son flanc bâbord. Le nom du navire est encore visible sur la coque. Il est possible d’y voir des piles de vaisselles, des torpilles dans la cale avant, des pièces de rechange et deux périscopes.

Comment y arriver
Le plus simple est de partir d’Amsterdam, via Manille et Guam. KLM et Continental qui assure le trajet final vers Chuuk font partie du même groupe (Skyteam) ce qui permet d’avoir des billets à un prix compétitif. L’idéal pour éviter un voyage trop long est de passer une nuit à Manille, il est possible d’y trouver des hôtels très corrects à bas prix.

Cliquez sur la carte

Quelques liens
http://www.truk-lagoon-dive.com/Wrecks.htm
http://www.pacificwrecks.com/provinces/truk_lagoon.html
http://www.seawolfproductions.com/
http://www.visit-micronesia.fm/index.html
http://www.trukstophotel.com/

Album photos
L île de Weno
Les épaves