Curaçao

Otrabanda


Emma Pontoom Bridge

 

Fort Beekenburg


Riffort

Que faire en dehors de la plongée !

Parmi les choses àfaire et à voir on note plusieurs musées, de nombreux établissements d'inspiration coloniale hollandaise datant du 17e et 18e siècle, une vaste sélection de restaurants boîtes de nuit, ainsi qu'une abondance de centres d'achats à Willemstad. Punda et Ostrabanda qui sont les quartiers historiques de Willemstad sont séparés par un pont flottant unique au monde de par sa taille. Le " Queen Emma Pontoom Bridge " construit en 1939 est toujours en service. L'imposant " Queen Juliana Bridge " surplombe la baie de 56 mètres et permet le passage des pétroliers vers la raffinerie sans interrompre le trafic routier. L'architecture reflète aussi bien les styles des Pays-Bas que ceux des villes coloniales espagnoles et portugaises avec lesquelles Willemstad faisait du commerce. Les fameuses façades colorées dont les photos ont fait le tour du monde sont classées comme patrimoine culturel mondial par l'UNESCO en 1997. De nombreux forts ont été érigés pour défendre l'île. Fort Waterfort à Punda et le fort Riffort à Ostrabanda défendaient la passe d'accès du Schottegat. Quant à la Caracas bay elle était défendue par le fort Beekenburg qui des trois a gardé son aspect des plus authentique ! Malheureusement certains de ces édifices ont perdus leur cachet historique. Fort Amsterdam, qui a su garder une partie de son aspect original, sert de bâtiment administratif tandis que Fort Riffort est transformé en galerie commerçante. Pour les amateurs de farniente, il y a de nombreuses plages. Des plus populaires parmi les autochtones (Caracas Bay et Maria Panpoen) au plus discrètes (Playa Kalki) en passant par les mieux aménagées (Jan Thielbay) il y a pour tous les goûts. La plage de Jan Thielbay est particulièrement bien aménagée : bar, restaurant, parking, centre de plongée, commodités.

Appréciation
Le plus...
Pas de prise de tête… Il suffit de louer le matériel, une voiture et découvrir au gré de ses humeurs. La vie nocturne est assez intense à Willemstad les restaurants, bars y foisonnent. Pour les amateurs de bronzette l'île possède de nombreuses plages. Très fréquentées ou très discrètes au choix. Si on veut combiner bronzette, vie nocturne et plongée sans prise de tête Curaçao est une bonne destination.
Le moins
En dehors des épaves les sites de plongées présentent une diversité nettement moindre qu'a Bonaire. Malgré des fonds importants et des bonnes conditions Curaçao n'est pas une destination " Tec . L'obtention d'hélium et de chaux sodée ne fait qu'après âpres discussions qu'il vaut lieux mener avant le départ.

Quelques mots sur Curaçao.

Célèbre dans le monde entier pour sa liqueur bleue et ses maisons colorées Curaçao est une île volcanique de 40km de long et 4 à 8 km de large, située juste en face de la péninsule du Paraguana à quelques centaines de kilomètre du lac de Maracaibo. Ce lac contient les plus grandes réserves pétrolières du Venezuela. Le Schottegat à Willemstad est un véritable port naturel en eau profonde, cette caractéristique et la proximité des champs pétrolifères en ont fait le site idéal pour l’installation d’une raffinerie. Le tourisme et l’industrie pétrolière sont de nos jours les pôles principaux de l’économie avec le secteur bancaire

Une histoire colorée d’Orange au parfum de fuel

Curaçao a été découvert en 1499 par Alonzo de Ojeda qui y massacra la population indienne Arawaks. La Compagnie néerlandaise des Indes occidentales, qui avait revendiqué la possession de l’île, fonde en 1634 Willemstad. Sous l’impulsion de son directeur général, Pieter Stuyvesant, le commerce se développe rapidement. Curaçao devient rapidement la plaque tournante dans le commerce des esclaves noirs. L’abolition de l’esclavage en 1863 ruine son économie jusqu’a la découverte des réserves d’or noir sous le lac Maracaibo. En mai 1918 la Caribbean Petroleum Company inaugure sa raffinerie de Curaçao qui passera en 1960 dans le giron de la Shell. En 1982 ferme la raffinerie qui finalement sera louée à la compagnie vénézuélienne Coastal Oil Company.

En 1954, les îles néerlandaises obtinrent une autonomie administrative considérable sous le nom de Antilles néerlandaises avec Willemstad comme capitale politique de cette entité fédérale. Cette autonomie est fortement remise en question depuis la signature en 2006 d’un accord qui prévoit un plus grand rapprochement avec l’ancienne puissance colonisatrice. C’est accord à précipité la dissolution progressive de l’état fédéral qui doit être effective pour fin 2008. A cette date Curaçao formera un état autonome… au sein des Pays-Bas. Quand a sa consœur Bonaire elle ne sera plus qu’une commune néerlandaise à statut « particulier ».

Même si le néerlandais est la langue officielle les langues les plus utilisées sont l’espagnol et papiamento. Le papiamento s’apparent au créole et est à base d'espagnol, néerlandais, portugais, français, anglais, de langues africaines et d’ arawak. Sa reconnaissance officielle date de 1802

Les plongées

Les plongées.Nettement moins connu que Bonaire au niveau du shore Diving, l’île réserve néanmoins quelques bonnes surprises en dehors des sentiers battus. Il y a l’épave du Superior Producer et les deux « Car Pile’s qui sont des premiers essais dans la tentative de créer des récifs artificiels. La visibilité est de l’ordre de trente mètre et la température ne descend pas en dessous de 26°C. Les plongées à Curaçao sont d’une facilité déconcertante et les mises à l’eau très facile. Il faut se méfier de la profondeur, on se laisse facilement griser par la limpidité de l’eau, on est bien souvent plus profond que prévus, un regard régulier sur le profondimètre n’est pas du luxe et peut éviter bien des surprises désagréable.
Les cars pile's
Les cars pile's datent des années soixante il s'agit d'un empilage anarchique de vielles ferrailles : Voitures et diverses pièces d'équipement en grande quantité. Le premier est accessible par la plage de Marie Pompoen et se trouve en face du Breezes Resort le long de la digue de protection entre 200 et 300 mètre vers le S.E. Le second est nettement plus difficile à trouver. Il se trouve au Sud de la Vaersen Bay. Il est possible d'y accéder par la plage en palmant durant une bonne dizaine de minute jusqu'à la bouée. Pour ces deux sites les profondeurs s'échelonnent entre 20 et 45 mètres.

Le Superior Producer
Le Superior Producer est un cargo de 400 tonnes d'une cinquantaine de mètres de long construit en 1957 sous le nom d'Andromeda aux chantier " De Rietpol " de Kramer & Booy N.V. pour le compte de la firme Moerman de Rotterdam. Il fut vendu en 1962 à la firme Remeeus qui le rebaptisa " Superior Producer ". Le 30 septembre 1977 le vent souffle fort et la mer est démontée lorsque le navire quitte le port après avoir fait le plein. Il n'atteindra jamais la Colombie ! A la sortie la cargaison mal arrimée bascule provoquant une gîte irrécupérable qui sera à l'origine du désastre. Histoire ou légende on raconte que de nombreux plongeurs ont fait l'expérience du caisson hyperbare en voulant récupérer leur part de cargaison. Cargaison bien alléchante composée de vêtements, Jeans, draps, whisky et des parfums. Cette épave se trouve juste à la sortie du port côté Ostrabanda près du " Méga piller " ou les bateaux de croisières s'ancrent. Il est très facile d'atteindre l'épave, il suffit de prendre son cap sur la bouée d'eaux saines qui se trouve accrochée à sa poupe. La profondeur d'une trentaine de mètre et la possibilité de courant doivent inciter à la prudence. La manière la plus rationnelle pour visiter l'épave est de commencer par les cales pour terminer à la partie supérieure du château arrière à 24m. Pour la décompression le plus facile est de la faire le long du tombant qui est parfaitement visible depuis l'épave. Il est possible d'y faire des rencontres des plus intéressantes. L'épave est garnie d'anémones encroûtantes, corail, éponges… C'est un régal pour le photographe, mais pas la peine d'espérer trouver des artefacts tout à été pillé il y a bien longtemps. Il est interdit de plonger dans cette zone si un bateau de croisière ou un bateau militaire est à quai.

Les albums photos...
Le superior Producer
Le car pile de Marie Pampoen
Le Tugboat
Willemstad et les environs
Caracasbaai

Coraux et éponges des Caraïbes
Poissons et crustacés  des Caraïbes
Macros sous-marine des Caraïbes

Informations pratiques
Monnaie : Antilliaanse gulden ( 1.78 gulden=1$)
Conduite automobile : A droite
Electricité: 110V-60 Hz Fiches plates USA
Eau de ville : Buvable, btenue par dessalement
Carte de crédit : Acceptée
Langue : Néerlandais, Espagnol, Anglais, Papiamentu
Combinaison de plongée Eté et hiver : Lycra ou Combinaison humide de 3mm pour les frileux

Cliquez sur l'image

Quelques liens

Site officiel de Curacao
The Dive Bus
Atlantis diving
La liqueur
Curacao Travel guide

Pour en savoir plus!
La plongée du bord, une autre manière de plonger
Un tour du monde des meilleurs sites de plongée et de randonnée palmée accessibles du bord
.