La " Conch Republic ", une république tellement proche des Etats-Unis...

En 1982 l'état fédéral instaure à hauteur de Key-Largo un barrage sur la US Highway N°1… Pardon la Dixie Highway. Ce barrage représente en fait une frontière destinée à filtrer les illégaux cubains. Vexés par cette frontière où ils doivent montrer patte blanche, les autochtones décident que, comme frontière il y a, ils ne font plus partie des USA. Argumentant sur quelques particularités de la constitution américaine, ils envoient une délégation, "les Conchs ",à Washington avec leur déclaration d'indépendance ; la Conch republic était née. Après avoir déposé cette déclaration ils déclarent la guerre aux Etats-Unis. Et comme on n'est jamais trop prudent, ils se rendent après une minute de combats acharnés et demandent l'aide internationale. Pendant cette minute de guerre, probablement la plus courte de l'histoire, le pauvre shérif du Dade County fut copieusement bombardé par des petits pains...cubains. Le lendemain, après cet épisode tragi-comique les barrages furent définitivement levés.A l'heure actuelle, la République du Coquillage(conch) existe toujours pour le fun l'humour, et la convivialité, et pour fêter cet événement historique on y distille une cuvée spéciale de rhum. L'étiquette raconte l'histoire de cette jeune république où il fait bon vivre. Plaisant comme livre d'histoire n'est ce pas ?

Le Duane, épave de légende

En 1985 le KADO (Key's Association of Dive Operators)décide de créer des récifs artificiels à l'aide de navires désaffectés de la US Navy. Ces navires devront, suivant l'association, avoir eu un passé historique prestigieux avant d'entamer leur carrière de récif artificiel. Deux ans et 160.000$ plus tard, le 27 novembre 1987, le Duane fut coulé au large du Pennekamp Park (24°59.38'N-80°22.92'O) par -35m de fond; il fut suivi le lendemain par le Bibb. Dans le but de respecter l'intégrité des navires, ces épaves n'ont pas été dynamitées, comme cela est hélas bien souvent le cas lors de la création de récifs artificiels. Une plongée sur le Duane ne s'oublie jamais : situé en plein dans le Gulf Stream, le courant peut y être d'une extrême violence; en quelques minutes il peut même devenir intenable. La descente vers le Duane se fait en se halant sur la chaîne de bouée, entourée de barracudas(Sphyraena barracuda) de plus de 1m de long qui virevoltent autour de l'épave au gré de leur fantaisie et qui eux, contrairement à nous, ne sont pas du tout affectés par le courant. Au bout de quelques mètres de descente nous apercevons, dans le bleu, l'épave énorme et envoûtante qui nous attire comme un aimant attire le fer. Les superstructures sont couvertes d'organismes colorés. Les biologistes y ont dénombré 33 sortes de coraux et 14 sortes d'éponges et de coraux mous. Cà et là des bars nous observent curieusement de leurs yeux noirs constamment aux aguets. Dans les coursives transformées en véritables aquariums nous voyons évoluer bien à l'abri des prédateurs des milliers de " French Grunt (Haemulon flavolineatum) " Bluestriped Grunt(Haemulon Sciurus) et des " Spanish Grunt(Haemulon Macrostomun).

Gold fever...

Gold fever...Des millions de pesos, de doublons, d'or, d'argent et de diamants dorment (peut -être) encore dans les eaux bleu turquoise des Keys. Les Keys ont été de tous temps balayés par des ouragans terribles, les Hurricanes. Les Hurricanes sont des cyclones tropicaux, dont la trajectoire est de nos jours à peu près prévisible. Les vents tournoyant à la périphérie de ces cyclones dépassent bien souvent 250 Km/heure. De nombreux navires ont dans les siècles précédents été les victimes de ces ouragans. On ne compte plus les galions espagnols perdus corps et biens entre Cuba et les Keys. Par un funeste vendredi 13 de l'an de grâce 1773, une flottille composée de 21 navires disparaît au large des Keys. Cette flottille venant de La Havane était commandée par le général espagnol Rodrigo de Torres et transportait suivant les registres de l'époque 12.4 millions de pesos (de l'époque) d'or et d'argent destinés à la cour de Madrid. Depuis en dehors des quelques vestiges exposés au San Pedro Underwater Archaeological Park et d'un entrefilets dans les journaux en 1994, qui laissait sous-entendre que l'on aurait retrouvé (ou soi-disant retrouvé) le navire amiral de Rodrigo de Torres, plus de nouvelle de cette flottille, l'or et l'argent dorment-ils encore tapis au fond des océans? On peut comprendre que depuis 1822, s'est développée à Key West une race "d'aventuriers-plongeurs " hors du commun, les "wreckers " qui passent tout leur temps à la recherche des épaves et dont l'unique ambition est de "remonter " l'or des galions. Mais comment jeter la pierre à ces rêveurs, alors que bon nombre d'entre nous ont commencé la plongée en rêvant (Inconsciemment?) de Tintin " chassant " le trésor de Rackham le Rouge. Les Wreckers ont connu leur heure de gloire lorsqu'en 1985 l'équipe de Nel Fisher remonte un mât et des pièces d'or, des lingots d'argent et de l'orfèvrerie de la Nuestra Senora de Atocha disparue au large de Key West en le 4 septembre 1622 ; un Jackpot de 400 millions de dollars.
A lire:
"Mémoire d'eau" de Christian Souris
Chapitre "Un chasseur de trésor heureux"

Quelques sites...
Le site officiel de la république du coquillage; Conch Republic
Les sites de plongée; Keys Dive Spots
Guide touristique de Key Largo
Chambre du commerce d'Islamorada
Chambre du commerce de Marathon
Chambre du commerce des Lower Keys
Magasin de plongée:Divers Direct

Informations pratique
Monnaie : Dollar US
Conduite automobile : A droite
Electricité: 110V-60 Hz Fiches plates USA
Eau de ville : Buvable, 
Carte de crédit : Acceptée 
Langue :  Anglais
Combinaison de plongée Eté et hiver : Combinaison humide de 5 à 7mm pour les frileux

Cliquez sur l'image